[Chronique] »Le Temple de Lumière » A. Leymarie

Titre : « Le Temple de Lumière »

Auteur : Angélique Leymarie

Nombre de Pages : 622

Sortie : 7 février 2018

Éditeur : /

Où Acheter : /

Résumé

Lorsque Clélia Torres trouve un emploi dans une autre ville, sa vie change à tout jamais.

Ce nouvel environnement va déclencher des phénomènes paranormaux déconcertants autour d’elle. En cherchant à les expliquer, elle découvrira qu’elle a été adoptée. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Pourquoi développe-t-elle d’étranges pouvoirs ? Ses recherches vont ensuite l’amener à s’interroger sur ses liens avec l’un de ses nouveaux collègues de travail, Romain, avec lequel elle partage des expériences mêlées de souvenirs collectifs alors qu’ils se rencontrent pour la première fois.

S’ensuivent des révélations incroyables qui vont les mener à leur origine commune : un monde parallèle à la Terre. Vont-ils survire aux épreuves mortelles qui les attendent après leur retour chez eux ?

Mon Avis

Dès le début de ce roman, Angélique nous plonge dans le fantastique. Nous suivons Clélia et Romain, deux jeunes gens que rien ne distingue des autres humains normaux, jusqu’à ce que Clélia commence à vivre d’étranges expériences surnaturelles, à commencer par une téléportation instantanée dans un autre monde. C’est alors le début de la fin pour cette jeune femme qui voit sa vie voler en éclat. Elle apprend des choses sur elle qu’elle ignorait, et découvre qu’elle est liée de près à ce Romain, ce jeune homme pénible qui semble lui faire du gringue alors qu’ils ne se connaissent pour ainsi dire, pas. Tout au long de ce roman, Clélia et Romain découvrent qu’ils ont un rôle important dans la survie du monde de leur naissance. Au fil des pages Clélia développe des dons, tous plus étonnants les uns que les autres déclenchant la haine et la jalousie chez un méchant sorcier qui n’a qu’une envie, la tuer. 
Venons-en aux points « négatifs » à présent, des points qui sont importants et qui devraient être retravaillés, en profondeur pour certains.

[ATTENTION RISQUES DE SPOILERS] 

Pour commencer, je trouve que Clélia finit par avoir trop de pouvoirs divers et variés. Sans jamais l’avoir appris, elle est capable de sortir une formule magique en langage démoniaque et c’est plutôt perturbant. D’où lui vient cette capacité ? Quand l’a-t-elle apprise, qu’est-ce qui fait dans son ascendance qu’elle puisse faire cela ? On ne sait pas. Elle est quasiment une déesse personnifiée et personne ne s’oppose à cela. Ni Romain, ni son père, ne se mettent sur son chemin, on dirait que c’est parfaitement normal que cette jeune femme débarque de dieu sait où et décide de sauver le monde. Il n’y a que le père de Romain qui doute un peu d’elle et ne lui fait pas totalement confiance, mais il est rapidement muselé. 

Je pense en toute honnêteté qu’il faudrait approfondir et faire une réécriture du dernier tiers de ce roman. Le cliché de la sauveuse du monde que personne n’empêche est beaucoup trop présent. De même qu’on découvre assez peu le monde de Clélia, il n’a même pas de nom, et cela rend l’histoire un peu plate pour le coup. Les personnages sont bien écrits, je les visualise plutôt bien, mais peut-être que l’histoire gagnerait en profondeur si on en apprenait plus sur leur passé à chacun, notamment sur les parents de Clélia et de Romain, et aussi sur son frère à celui-là. Pourquoi est-ce-que Kelen a abandonné sa fille, qu’est-ce qu’il a pu voir dans le futur pour que cela le pousse à se séparer de son unique enfant ? Et pourquoi l’a-t-il amenée sur Terre ? Il y a beaucoup de questions qui restent sans réponses dans ce roman, notamment le rapport avec le titre. Il n’est fait aucune mention d’un temple de lumière, nulle part dans l’histoire. J’avoue été déçue, pour le coup, car je pensais, en lisant le résumé, que le temple serait un endroit physique existant, et pas une suggestion… 

En conclusion, ce roman a un bon fond, une bonne trame, mais j’ai déniché d’assez nombreuses erreurs de coordination dans les temps et d’orthographe aussi, du coup, je pense sincèrement qu’une bêta approfondie ne serait pas un luxe, surtout après la fin de la première péripétie, avec les démons possesseurs. Clélia à beaucoup trop de libertés, tout le monde dit Amen à tout ce qu’elle fait, et je suis plutôt déçue par le manque d’initiative de la part des autres personnages. De même qu’un élément demeure un mystère, à moins que je n’ai pas compris, mais la mère de Clélia fait partie d’une partie du récit avant de disparaître subitement… Qui est-elle, est-elle morte, vivante ? Encore des questions qui demeureront sans réponse. 

Conclusion bis : ceci n’est que mon avis, rien ne vous empêche d’aller lire ce roman et de vous faire propre opinion dessus. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s